Tests

Blades of Time sur Nintendo Switch

Il y a maintenant 7 ans, sortait Blades of Time sur Xbox 360, PS3, PC. Malheureusement, le jeu n’avait pas reçu une très bonne critique vis-à-vis de la presse et de certains joueurs en cause une qualité graphique à la ramasse et remplie de pas mal de bugs, un jeu qui ne faisait pas honneur aux consoles du moment. A cette époque, je n’avais pas mis la main dessus et pourtant le jeu m’intéressait beaucoup, ce n’est pas pour son héroïne. Adorant les jeux beat’em all (Devil May Cry, Bayonetta, God of War….), et justement Blades of Time en était un, prenez un Devil May Cry et un Bayonetta et mélangez le tout, on obtient Blades of Time. Malheureusement pour Konami, le jeu n’a pas du tout emballé la foule, le jeu était développé par Gaijin Entertainment un studio russe et il fait suite à X-Blade. Au moment de sa sortie, Blades of Time était proposé au alentour de 30 euros sur PS3/Xbox 360/PC. Mais le voici de retour en ce mois de mai 2019, cette fois-ci sur la console de Big N, la Nintendo Switch au prix de 9,99 euros. Le jeu tient-il la route techniquement ??? La jouabilité est-elle réussie ??? Pleins de questions peuvent nous passer par la tête et je vais essayer de répondre à certaines d’entres elles. Avant toute chose, le jeu est uniquement disponible sur l’eShop, pour un poids au alentour de 3700 MB. Il est disponible dans différentes langues (Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Japonais, Russe). La première fois que j’ai lancé le jeu, celui-ci était automatiquement en anglais, un petit tour dans les paramètres et le tour est joué. Mais avant de profiter du Français, il faudra quitter le jeu, puis le relancer, une manipulation simple mais franchement pas du tout pratique, c’est vraiment dommage.

Dans Blades of Time, vous contrôlez une héroïne nommée Ayumi, une chasseuse de trésors. Le scénario reste des plus basiques : Ayumi atterrie sur une île appelée Dragonland, mais on ne sait pas comment, il n’y a aucune explication. On se trouve avec une cinématique fait avec le moteur du jeu, où l’on voit Ayumi qui découvre qu’elle est à Dragonland et elle prononce “Dragonland la légende” puis on se retrouve immédiatement attaqué par 4 ennemies (gardiens du sentier draconique) fait de pierres et de métal. On ne trouve pas de didacticiel à proprement parlé, puisque les explications arrivent petit à petit en cours de jeu et sont automatiquement affichées en haut et au milieu de l’écran, possibilité de le désactiver sur une simple pression de la croix directionnelle gauche. Sur l’île, Ayumi est également à la recherche de son ami.

Graphiquement, je m’attendais à pire, oui le jeu n’est certainement pas une claque, mais ça reste raisonnable au vue de son prix, en revanche le jeu accuse des chutes de framerate bien souvent quand les ennemis sont nombreux, ce qui arrive très souvent, ainsi que des bugs qui obligent à relancer le jeu et également de l’aliasing !!! Blades Of Time est plus jolie lorsque l’on joue en mode portable. Une fois sur son dock, le jeu pique les yeux, les textures sont baveuses, certains décors s’affichent avec du retard et j’en passe, personnellement je déconseille d’y jouer en mode dock. Le jeu dispose d’une traduction audio en Français qui reste assez réussi. Je trouve dommage que Ayumi parle beaucoup trop en cours de jeu, pour donner des informations aucunement intéressantes et nous coupera dans l’immersion de l’aventure. La musique, quant à elle, colle assez bien avec l’ensemble de l’univers. Comme je le disais un peu plus haut, Blades of Time est un Beat’em all. On parcours différents environnements en détruisant du méchants tout le long de l’aventure, on pourra compter sur les différentes armes pour découper nos ennemies en petits morceaux. Armes qui, malheureusement, ne pourront pas être augmentées, mais différents modèles seront proposés et qui changent de caractéristiques.

On pourra également lancer des sorts – sorts qu’il faudra acquérir à un endroit bien précis en échangeant les orbes que l’on récupère en éliminant les ennemis. chaque sort correspond à un combos et ils ne sont pas non plus illimités, il faudra avant tout remplir une jauge qui se trouve en haut à gauche de l’écran, pour cela il faudra enchaîner les combos. Le jeu se repose essentiellement sur les touches Y, A et X, la Joy-Con étant petite, on se retrouve vite embrouillé, mais avec un petit temps d’adaptation, on s’y habitue. Ayumi dispose d’une arme à feu qui reste simple à utiliser, en revanche j’aurais bien aimé que le jeu prenne en compte les fonctions gyroscopique de la Switch. Ne comptez pas non plus à une quelconque fonctionnalité tactile, le jeu en fait l’impasse. Dans certaines phases d’actions, j’ai rencontré des soucis de réaction, j’avais beau appuyer sur une touche pour donner un coup à l’ennemie, Ayumi ne réagissait même pas, cela dure environ 5-6 secondes. Ayumi a la particularité de jouer avec le temps (pouvoir qui arrive assez tôt dans l’aventure), pouvoir qui sera bien pratique sur certains ennemies et vraiment top d’enchaîner les ennemies avec des doubles d’Ayumi. Concernant le niveau de difficulté, le jeu propose 3 niveaux (facile, normal et difficile); ayant opté pour une difficulté normal, le jeu ne m’a pas posé de problèmes contre les ennemis, en revanche contre les boss, j’ai dû batailler pour en venir à bout. Dans l’ensemble, j’ai pris plaisir à massacrer les différents ennemis et à jouer avec le pouvoir du temps. Pour arriver à bout de Blades of Time, il faudra compter environ 9-10 heures de jeu, ce qui reste raisonnable pour ce type de jeu. 

 

Conclusion

“Ah Blades of Time”, mon jugement reste mitigé sur ce jeu, dommage qu’il souffre de pas mal de bugs et de chute de framerate ainsi que des problèmes de réaction d’Ayumi. Graphiquement, le jeu est passable, la bande-son réussi malgré que l’héroïne parle beaucoup trop, la durée de vie reste correcte.

+ Son prix                                – Des Bugs

+ Le pouvoir du temps        – Des ralentissements

+ Boss coriace                        – Ayumi trop bavarde 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.