Windbound, le rogue-like de la poésie qui prend malheureusement l’eau !!!

Après la découverte du premier trailer de Windbound, je suis tombé immédiatement sous son charme avec son univers coloré et son clin d’œil à The Legend of Zelda : The Wind Waker, personnage qui se déplace d’île en île avec l’aide de son rade, j’avais donc hâte de (re)découvrir cette sensation. Il faut avouer que Windbound à tout de suite était catalogué comme étant  Zelda. La partie artistique et son environnement y ressemblent beaucoup lorsque l’on regarde n’importe quel trailer du jeu. Enlevez-vous immédiatement cette idée de futur Zelda ou autres, il n’en est rien de tout cela, bien que l’univers y ressemble beaucoup. Une fois la manette en main, la sensation est bien différente !!! Je me suis moi-même laissé séduire par son côté he Legend of Zelda : The Wind Waker. Il ne faudra donc pas s’attendre à un jeu d’aventure à proprement parlé avec Windbound, bien que l’on doit visiter différentes îles. Il s’agira avant tout d’un jeu où la survie et la construction ont une place très importante, façon Rogue-like. Ce que je veux dire par là, c’est qu’il faudra construire/fabriquer chaque matériels/armes à partir d’éléments rammasables devant nous ; ramasser de l’herbe haute permettra par exemple de fabriquer de la corde – corde qui pourra, par la suite, être utilisée pour divers choses utiles. Il faudra faire attention à sa santé et son endurance, car la santé diminuera si l’on reste trop longtemps sans manger. Il faudra donc partir à la recherche de différents comestibles : viande/graine/baie….. Dit comme cela, le jeu ressemble plus à Conan : Exiles, The Forest ou bien à ARK qui sont, eux-mêmes des jeux de survie ; on se retrouve bien loin de l’univers de Zelda. Windbound est développé par 5 Lives Studio et publié par Deed Silver. Le jeu est disponible sur PS4, Xbox One, PC et Nintendo Switch au prix de 29,99 euros.

Windbound : un faux aire de Zelda !!!

Avant de lancer l’aventure, 2 modes de difficultés s’offrent à nous, proposant deux challenges bien différents adaptés pour tous.

Le mode Survie :

  • Seuls les objets des emplacements “conservés” de l’inventaire restent après chaque mort.
  • Retour au chapitre 1 après chaque mort.
  • Difficulté de combat standard.

Le mode Histoire :

  • L’inventaire complet est conservé après chaque mort.
  • La progression des chapitres est conservée après chaque mort.
  • La difficulté de combat est réduite.

Le jeu proposant une (véritable) histoire, il sera donc impossible ici de créer ou bien même de personnaliser son personnage à son image, ce qui est dommage. Nous incarnerons une jeune femme nommée “Kara” qui sera aussi muette que Link. Cette jeune femme est une guerrière, elle suit sur son radeau, le reste de sa tribu. Malheureusement, tout ne se passe pas comme prévu, prit dans une tempête et attaquée par la même occasion par un monstre marin , Kara se retrouve éloignée des siens et échoue seule sur une petite île. Une fois sur cette (minuscule) île, Kara se retrouve sans rien, plus de radeau, pas d’armes, ni de nourriture, notre première objectif sera donc bien entendu de faire le tour de ce petit îlot où l’on commencera à ramasser notre première herbe et pierre, partir à la recherche de nourriture … Mais il n’y aura rien de cela, c’est une île désertique de vie. On fera très très vite le tour de ce petit îlot, et pas loin de celui-ci, on remarquera une autre île bien plus grande et plus verdoyante.

Des îles manquent cruellement de vies !!!!!

Une fois arrivée sur la “première” vraie île, j’avais donc hâte de la visiter en profondeur et de voir sa richesse : végétations, êtres vivants (animaux/humains), mais se fût un choc, l’île manquait cruellement de tous cela. Je me suis donc retrouvé sur une vaste étendu de terrain qui abritait seulement 2 cochons sauvages, une sorte de lapin et plusieurs arbustes fruitiers et rien d’autres – ah si j’oubliais le plus important, on y découvre une “rame spéciale”, grâce à cette dernière, on pourra ENFIN naviguer sur les flots et donc visiter bien plus d’îles. Malheureusement, les autres îles visitées seront toutes aussi vides, à part ramasser de l’herbes, des pierres, quelques morceaux de bois, il n’y aura pas grand chose à faire. Le jeu sera coupé en plusieurs chapitres, et pour passer de l’un à l’autre, il faudra activer 3 boutons se tenant sur des tours. Une fois activés, une lumière bleue y sortira, une fois la dernière tour activée, il faudra se rentre à un portail pour ainsi passer au chapitre suivant (après une petite escapade en bateau). Pourtant, Windbound commençait fort bien, le jeu est visuellement magnifique, le côté dessin animé (Cell Shading) lui va à ravir et les effets de lumières sont également réussis, tout comme les différentes îles paradisiaques qui sont juste “whouuu” !!!!! Dommage en revanche que le jeu soit si vide, il y aurait tellement de chose à proposer, rajoutez à cela qu’une mort nous fera recommencer TOUT depuis le début. Selon le mode de difficulté choisi, on perdra totalement ou non son inventaire (arme/nourriture…). Bien que ce système ne me dérangeait absolument pas dans Conan : Exiles, ARK ou bien dans The Forest, chaque résurrection peut être faite différemment, avec WindBound chaque résurrection est identique avec la précédente.

Bien que la partie de construction/fabrication est facile à prendre en main et agréable à utiliser, on ne peut pas en dire autant des mouvements de Kara, qui sont lents , l’impossibilité d’esquiver une attaque, des sauts imprécis, ce qui n’est vraiment pas pratique lorsque l’on doit sauter une plateforme pour atteindre le sommet d’une tour. Je ne compte plus le nombre de fois où je suis mort à cause d’un saut, je me suis écrasé au sol ou par une charge d’un ennemis puisqu’il est impossible d’esquiver, vu la taille de certains et la vitesse de leur charge, cela aurait bien aidé. Le manque de nourriture est également un facteur pour voir sa barre de vie défiler. Bien que l’on récupère de temps en temps des baies ou bien de la viande en tuant quelques bestioles ici et là, faut-il encore tomber sur une île qui propose au moins une de ces options 🙂 Je me suis déjà vu naviguer puis perdre de la vie à cause de la faim, j’ai utilsé un bout de viande stocké dans le sac, le temps de partir tranquille sur l’île la plus proche pour pouvoir manger et chasser pour récupérer la totalité de la santé, sauf que pas de bol (enfin 3-4 fois d’affilées), c’est vraiment un mauvais karma, je suis tombé sur des îles qui ne donnaient rien de rien hormis des pierres et de l’herbe. Essayer une autre si le temps (diminution de la santé) nous le permet puis tomber de nouveau sur une autre île aussi merd…. Ah oui j’ai oublié aussi de dire que tuer un cochon ou un autre animal que l’on aura le miracle de croiser ne donnera pas automatiquement de la viande !!! Notre radeau à une place très importante dans Windboune, puisque la majeur partie de notre temps on passera sur l’eau pour passer d’îles en îles, la navigation se fait facilement, tout comme la construction et l’augmentation de celui-ci. En revanche, lorsque l’on fabriquera notre première voile et ainsi naviguer au gré du vent, il sera impossible de faire voile et rame.

Ce que je veux dire par là, c’est que lorsque que le vent sera à l’opposer de notre voile, le bateau n’avancera plus, ce qui est logique en soi ;  ce qu’il l’est moins c’est de devoir démolir la voile pour pouvoir utiliser la rame et ainsi avancer de nouveau, ce qui n’est vraiment pas pratique, surtout lorsque l’on passe la plupart de son temps sur le radeau. La partie construction/fabrication est simple à prendre en main, au fur et à mesure de l’avancement de notre aventure et de récupération de matériaux, on débloquera de nouveaux objets et amélioration qui nous aideront fortement. Concernant l’ambiance sonore, celle-ci est réussie, la musique est douce, mélodieuse à nos oreilles et colle parfaitement avec l’univers de Windbound. En optant pour le mode “histoire”, j’ai vu la fin du jeu au bout de 8-9 heures (tout dépend de votre rythme), le mode”Survie” en demandera bien plus, on pourra également partir à la recherche d’orbes rouge et jaune pour augmenter sa barre de vie et d’endurance, une durée de vie qui reste très honnête pour le prix proposé !!!!

Conclusion

Windbound est un jeu d’aventure/survie qui reste mitigé. On reste sur sa faim avec ce dernier, bien que le jeu soit magnifique à n’en pas douter, le charme opère immédiatement. La ressemblance avec Zelda sera inévitable. Le côté construction est très bien poussé et simple à prendre en mains. En ce qui concerne la survie, je reste sceptique avec des îles vides de vies, difficulté pour récupérer de la nourriture, une fois en mer et j’en passe. Côté combats, c’est plus que brouillon avec des coups imprécis, manque d’esquive, les déplacements sont lents et je ne parle même pas des sauts de Kara.

Les Plus :                                                                                  Les Moins :

– Magnifique                                                                                        – îles vides de vies

– Personnage attachant                                                                 – Attaques à revoir

– La construction/fabrication                                                      – Pas d’esquive

– Durée de vie correcte                                                                  – Pas de personnalisation

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.