Fairy Tail, Natsu Dragnir dévoile toute sa puissance sur Nintendo Switch !!!

Je suis un grand fan de mangas depuis tout petit, bercé avec Dragon Ball Z et Les Chevaliers du Zodiaque, Ken le Survivant depuis ma naissance ; j’ai également eu la chance de connaître le Club Dorothée sur TF1 qui passait – de vraies petites merveilles à la belle époque. J’ai poursuivi mon périple à la découverte d’autres mangas au fur à mesure des années. Je suis vite tombé amoureux de One Piece, Naruto, AOT, Fullmetal Achemist et bien entendu Fairy Tail. En ce qui concerne Fairy Tail, je ne l’ai pas connu en lisant le manga, mais lors de sa diffusion à l’époque sur Game One et sur une ancienne chaîne de la TNT. J’avais vraiment accroché à son univers. Je vais donc vous parler d’un nouveau jeux vidéo dédié spécialement sur Fairy Tail, sortie officiellement le 30 Juillet 2020 sur PS4, PC et Nintendo Switch au prix de 59,99 euros. L’article concernera la version Nintendo Switch, que j’ai eu la chance de recevoir de la part de Koch Media, un GRAND merci à eux et à Cassandra 🙂 J’attendais cet épisode avec impatience, il ne s’agit pas du premier jeux vidéo tiré de la licence, il me semble que Fairy Tail a eu la chance de débarquer sur la PSP ou Vita, également sur Nintendo DS, malheureusement je n’ai pas joué à ces épisodes-là et vous ???

La Guilde de Fairy Tail arrive-t-elle en forme sur la Nintendo Switch ??? Notre chasseur de dragon : Natsu, va-t-il enflammer la console avec ce nouveau JRPG ou sera-t-elle refroidit par Grey ??? La réponse un peu plus loin dans l’article !!!

Première bonne surprise : le jeu est entièrement traduit en français et nous disposons automatiquement des voix japonaises (que demander de plus), le jeu commence déjà fort bien 🙂  Une fois lancé, on tombera immédiatement sur un temps de chargement d’une vingtaine de secondes, on y découvre Happy le compagnon de Natsu, muni d’un poisson qui servira de batte de baseball, idéal pour dégommer les mots “Now Loading” qui défilent, plutôt sympa pour passer le temps pendant les chargements. Après cela, on se retrouve immédiatement sur le menu du jeu, quelle fût ma surprise de tomber sur la musique du dessin animée, le ton est donné, je me suis automatiquement replongé dans cet univers et les souvenirs y sont revenus après plus de 5 ans, le bonheur 🙂 Il faut savoir que les développeurs ont travaillé en collaboration avec Hiro Mashima (auteur de Fairy Tail), pour coller au mieux à l’œuvre originale. On débutera l’aventure avec un affrontement contre Hades qui servira ici de didacticiel, en nous apprenant les bases du combats, ainsi que la mise en place de l’histoire et des événements passés. Après cette petite mise en scène, on apprend que 7 ans se sont écoulés depuis leurs disparitions de l’île de Tenro, leur QG/groupe est endetté de dette, la guilde de Fairy Tail est devenu un passé, un oublie, une honte de tous au royaume de Fiore, il faudra repartir de zéro.

C’est là l’une des premières phases du joueur, redonner le nom de gloire à la guilde de “Fairy Tail”, mais également de gagner de l’argent pour effacer les dettes depuis 7 ans. Cela passera par plusieurs étapes pour y gagner en renommée : augmenter le rang de la guilde en faisant des missions en est la base. Chaque missions terminées, rapporteront de l’argent, des objets, mais surtout des points pour faire monter notre rang de guilde, les points données varies selon la difficulté de la mission (A,B,C,D..). Pour débloquer des missions plus difficiles et avec des récompenses bien plus importantes, il faut augmenter à un certain niveau/palier le rang de la guilde. Mais il n’y a pas que la renommée de la guilde, il faut également faire monter de niveau nos personnages, leurs infinités entre eux pour des actions/bonus supplémentaires en combat, augmenter aussi la boutique, le laboratoire : fabrication des lacrimas, le tableau des quêtes qui donneront différents bonus sur la durée.

Par exemple, augmenter le tableau des quêtes permettra d’avoir beaucoup plus de missions disponibles avec un pourcentage en plus en argent gagné. L’évolution de l’ensemble est très importante dans ce Fairy Tail, j’ai moi-même passé pas mal de temps à vouloir simplement augmenter les différentes structures de la guilde, qui, en plus, changent visuellement à chaque évolution. Partant à nouveau de zéro après le combat contre Hades, nos héros devront regagner en puissance et rien de mieux que des combats pour se perfectionner et monter des niveaux ; justement, les combats ne manquent certainement pas de peps. Il faut savoir que les ennemis sont visibles à l’écran, nous pouvons les surprendre en attaquant en premier, dans les faits cela n’apporte pas grand chose, voir rien du tout, hormis une augmentation de vitesse de nos personnages. Pendant les combats, nos personnages sont tous alignés sur la même ligne, les ennemis eux, sont placés aléatoirement devant nous : vertical, horizontal, leurs nombres est également aléatoire. Plusieurs actions possibles s’offrent à nous, chacune est représentée par un bouton :

  • X, l’utilisation d’objets
  • Y, une simple attaque
  • A, pour des attaques magiques
  • B, pour la défense

Par la suite, d’autres actions seront possibles au fur et à mesure des combats, je me suis vite rendu compte que je lançais à 90% des attaques magiques, bien qu’elles utilisent des points de magie (PM), jamais je ne suis tombé à court de PM. Il faut dire qu’elles sont bien spectaculaires comme attaque, merci les petites scènes animées qui feront bien plaisirs. Dans la magie, tous les sorts y sont réunis : attaque, augmentation d’attaque et défense, récupération de santé.., chaque techniques disposent d’une zone d’attaque, certaines ne toucheront qu’un unique adversaire, mais d’autres pourront en toucher 2 voir 5 ennemis en même temps, à nous donc de faire le bon choix, la zone d’impact de l’attaque sera indiquée sous le nom de la technique. En bas à droite de l’écran se trouve le symbole de la guilde de Fairy Tail, entouré d’une jauge, une fois remplie, cette dernière permettra de lancer un super combo et une finition d’attaque, très spectaculaire et dévastatrice activable d’une simple pression sur la gâchette R. Les ennemis vulnérables à certains types d’éléments : feu, glace, eau…, seront indiqués à l’écran, idem pour les attaques/techniques qui seront efficaces ou non contre un adversaire sur le terrain. L’indication : faiblesse, résistance …, sera indiqué sur le côté de la technique. Un peu plus tard dans la partie, on débloquera l’éveil des personnages, une jauge pour chaque héros qui permettra de récupérer de la santé et les PM ou alors d’augmenter grandement la puissance d’attaque, la possibilité de faire une attaque supplémentaire et de contre-attaquer ; pour se faire, il faut préalablement remplir la jauge, qui fait le plein lorsqu’un adversaire nous attaque. A chaque monter de niveau d’un personnage, celui-ci gagne bien entendu en puissance, mais aura également la chance d’apprendre de nouvelle technique et peut-être même augmenter la puissance d’une attaque qui augmentera par la même occasion son coût en PM, ainsi que débloquer un emplacement pour un cristal magique nommé ici lacrimas, que l’on peut gagner après un combat, en acheter ou bien en fabriquer dans le laboratoire, ces cristaux magiques permettront d’avoir des bonus. Une quête accomplie, il nous sera demandé s’y l’on veut  retourner immédiatement au QG : faire le compte rendu pour récupérer les récompense et ainsi restaurer sa santé et PM ou bien continuer de fouiller autour de nous.

Bien que les combats sont répétitifs, les mêmes ennemis reviennent souvent, mais le fait de pouvoir sélectionner/changer d’équipe avant de partir accomplir une quête change tout et coupe cette routine. Attention toutefois, car certains héros seront obligatoires dans l’équipe pour certaines quêtes. Les personnages qui ne seront pas dans l’équipe gagnent 20% de point d’expérience sur chaque fin de combat, se qui permettra de ne pas avoir une trop grosse différence de niveau entre eux, une chose est sûr, les combats sont bien nerveux. Petit reproche toutefois : cela concerne le tournoi de la magie, ici nous serons amenés à affronter les autres guildes de la région et ainsi savoir qui est la meilleure de toute. Je m’attendais vraiment à faire des combats titanesques et différents des monstres classiques, par exemple ajout de QTE lors des fins de combats, mais rien de tout ça, le tournoi reste un pan important de l’histoire du jeu. En plus des quêtes, les habitants de Fiore (en ville/plaine) proposent des missions, il s’agit ni plus ni moins de leurs apporter du matériels/nourritures… que l’on peut trouver par terre/dans des caisses, dispersées dans les différents environnements, mais également en combattant les ennemis, ce qui nous fera gagner des lacrimas. Comme tout bon RPG, nous pouvons nous balader à notre guise dans les grandes villes ou les plaines, nous ne serrons pas obligés de parcourir tout de A à Z, si l’on obtient une quête à l’opposé de nous, il suffit de sélectionner la carte pour s’y téléporter, cela évitera bien des allers-retours. Au tout début du jeu, cela n’est pas très dérangent de tout parcourir, par la suite cette option n’est pas négligeable aux vues des nombreux allers-retours à répétition. Il y a tellement de chose à faire que l’on ne sait pas par quoi commencer, entre les quêtes, les missions des habitants, l’augmentation des bâtiments (tableau de quête, laboratoire, magasin), renforcer les liens de chaque personnages demandera beaucoup de temps. Comptez bien environ 35-40 heures de jeu pour en voir la fin, bien plus pour tout finir à 100%, on ne s’ennuiera pas une seconde.

Visuellement, le jeu n’est pas une claque, mais reste jolie à regarder, par contre les quelques cinématiques du jeu sont vraiment très belles (je ne pense pas qu’elle soit tournée avec le moteur du jeu), l’ensemble manque clairement de finesse, les personnages sont bien réalisés, idem pour les différents ennemis, les divers environnements parcourus sont jolies, mais il ne faut pas trop se rapprocher des petits détails : rochers ou des arbres où les textures sont tout bonnement absentes. Cependant, le jeu reste plus sympas à regarder en mode portable et ne rencontre pas de ralentissements (chute de framerate), par contre en mode dock et dans certaines zones, le jeu accuse de belles chutes de ralentissement avec retard d’affichage des éléments. Concernant la bande-son, je n’ai rien à lui reprocher, entendre la musique de l’animée est juste une merveille pour nos oreilles et les musique qui nous accompagnent lors du jeu, collent parfaitement avec l’univers, rajoutez à cela les voix originales en japonais et l’on obtient le combos parfait !!!!

Conclusion 

Fairy Tail sur Nintendo Switch est une vraie petite pépite, malgré certains défauts bien présents. Le jeu est fidèle à l’œuvre originale, l’histoire est très prenante et se laisse suivre sans difficulté. Quel plaisir de retrouver Natsu et sa bande. Les combats sont passionnants et pleins de rythme, la montée en puissance se fait clairement sentir à chaque niveaux gagnés, avec de nouvelles techniques, l’augmentation de certaines attaques…, les liens des personnages ont également une place importante ici. Le jeu a une très bonne durée de vie, entre les missions secondaire et principale, l’augmentation des liens entre les personnages et pleins d’autres encore.

Fans de Fairy Tail, FONCEZ sur ce jeu !!!!!

Les Plus :                                                                                     Les Moins :

– Techniquement réussi                                                                             – Des ralentissements en mode dock 

– Les combats                                                                                               – Les ennemis répétitifs 

– La durée de vie                                                                                          – Le tournoi de magie mal exploité 

– La bande-son

– Retrouvez Fairy Tail 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.