[Avis] Drone Parrot Swing + Flypad

0

Prix conseillé : 129 euros

Il y a maintenant 1 mois, je vous ai donné mon avis sur le drone « Mambo » de chez Parrot qui était disponible au prix de 99 euros et qui reste un très bon drone avec d’excellentes qualités des matériaux et de finition au top, seule la batterie était sa bête noire, voyons voir si le drone Parrot Swing, va gommer ce défaut, et va de nouveau m’emballer par ces finitions, vais-je prendre autant de plaisir à contrôler le « Swing » qu’avec le Mambo ??? Entre le Swing et le Mambo, lequel faut-il choisir, si vous hésitez entre les 2 ??? Je vais essayer d’y répondre le mieux possible. Le très bon point du « Swing » est le fait qu’il est vendu avec la manette Flypad (129 euros), contre 99 euros pour un Mambo seul, la manette est disponible pour 39 euros, le prix est « kiff-kiff » entre les 2, à 10 euros près. Les 2 drones visent des acheteurs différents, le Swing est pour ceux qui cherchent les sensations de vitesse et le Mambo les challenges pour attraper les objets avec sa pince ou tirer avec son petit lance-bille sur des cibles… Cela sera à vous de voir, ce que vous attendez réellement de votre drone. Je peux vous dire que les sensations sont bien différentes entre les 2, et j’ai tout de même une préférence pour l’un des deux, que je dirais bien évidement à la fin de l’article.

Unboxing :

 

Ici, la boîte n’a rien à voir avec celle du Mambo qui était petite et compacte (mais sans la manette), là on aura affaire à une boîte rectangle assez longue (……..) qui contiendra 2 autres boites, celle du Swing et de la Flypad; sur celle-ci nous trouvons une représentation du drone Swing, ainsi que de la manette sur la face avant. Sur le haut nous aurons une poignée en plastique rigide, ainsi qu’une nouvelle représentation du drone et de la manette, sur les côtés les principales caractéristiques du Swing, ainsi que de beau arguments de vente, à l’arrière nous trouvons 2 photos qui montrent le drone dans 2 positions de vol différentes. Quant à la boîte qui renferme le drone Swing, elle est quasi-identique à la grande, à la différence qu’il n’y a pas de photo de la manette, celle-ci est toutefois légèrement plus grande que celle du Mambo, logique sachant qu’ils n’ont pas non plus la même taille, mais cette dernière aurait pu être plus petite, il y a pas mal de vide dans cette boîte, en enlever n’aurait empêché en rien le calage du Swing à l’intérieur (sachant qu’il est assez fin). A l’inverse, la boîte de la manette ne laisse pas la place au vide ici, elle est pile poil taillée pour le Flypad, seul inconvénient: l’ouverture ne se fait pas si facilement et la boîte en souffre malheureusement (boîte déchirée….). L’ensemble des boîtes est réussie, la principale attira notre attention, en magasin, dommage que celle du Swing soit un peut trop grande et laisse place à pas mal de vide, une fois ouverte.

A l’intérieur de la boîte « Swing » :                                                  

  • Le Swing                                                                                                        
  • 1 Câble micro-USB
  • 1 Batterie
  • 1 manuel d’instruction 

A l’intérieur de la boîte « Flypad » :

  • La manette
  • 1 Câble-USB
  • 1 Manuel d’instruction 
  • 1 support pour smartphone

 

Ensemble Général : 

Tout d’abord, commençons par l’esthétique du Swing : son corps ressemble beaucoup à celui du Mambo où le noir et le blanc dominent toujours l’ensemble. Nous retrouvons également les 2 petites LED qui représentent une paire d’yeux et qui indiqueront le niveau de batterie du Swing. En revanche, l’appareil photo ne se trouve plus sous le drone, mais sur le côté,  juste en dessous de la batterie. Les matériaux utilisés pour le corps du Swing sont identiques à celui du Mambo, donc de très bonnes qualités Par contre, je ne peux en dire autant des ailes qui le forment, qui sont en polystyrènes noir. Je ne m’attendais absolument pas à cette matière qui me semble pas très adaptée pour de telles conditions et les choques que le Swing rencontrera à long termes et lors de longues sessions, le temps et les chutes me donneront raison malheureusement. Il ne faudra pas non plus compter sur d’éventuelle protection autour des hélices, comme sur le Mambo, et pourtant le Swing en aurait bien besoin. Les 4 moteurs et surtout eux, ainsi que les 4 hélices, ne semblent pas très solides : en 2 crashs (avec un contrôle via smartphone), d’environ 1 mètre, j’ai eu 1 hélice qui s’est décrochée, ainsi qu’un moteur. J’ai eu beaucoup plus de crashs avec le Mambo sans aucun souci de ce genre là. Le paramétrage du Swing est très simple : il suffit de le poser en sorte que les hélices visent le plafond, lancer l’application …… et synchronisez-là avec le drone, une fois fait, profitez des quelques minutes offertes par la batterie, qui dure encore moins longtemps que celle du Mambo et pourtant j’y croyais, comptez sur une autonomie de 5-6 minutes à tout casser (faites le stock de batterie), pour un rechargement qui dure environ 1 heure. Concernant la maniabilité avec un smartphone, elle reste simple à prendre en mains avec un peu d’entraînement, mais pas aussi précise qu’avec la Flypad. Avec le Swing, on sent vraiment la sensation de vitesse et de rapidité dans ses déplacements, comparé à celle du Mambo.

Mais le grand plus du Swing, c’est le fait qu’il soit vendu avec la manette « Flypad », qui est clairement idéal pour contrôler le drone, la manette est d’une très bonne qualité, les matériaux sont au rendez-vous, du plastique noir très rigide et doux au touché, la prise en mains est idéale, un petit souci peut-être pour les petites mains. On trouvera dans la boîte, un support pour notre smartphone, qu’il faudra monter nous même sur la Flypad, il suffit de bien le poser, puis de viser le petit vis et hop le tour est joué. Une fois le smartphone installé sur le support, il ne risque pas de tomber, je vous le garantie – connectez la manette, qui se fait facilement une fois l’application « FreeFlight Mini » lancée. On trouvera en haut à droite le logo d’une manette, appuyez dessus, puis sur le bouton « Parrot » sur la manette, celle-ci clignotera en vert, l’application reconnaîtra la manette et se connectera à elle, malheureusement, il faudra (re)faire cette manœuvre à chaque fois que l’on utilisera la Flypad.  Après ça, on tombe sur le menu de la manette, à partir de là, on pourra ainsi paramétrer les boutons à notre envie. La Flypad est vraiment idéal pour contrôler le « Swing », j’aurai bien aimé l’avoir lors du test du Mambo. Comme dit un peu plus haut, il faudra éviter le plus possible les chutes avec le Swing, au risque d’en payer les conséquences, heureusement qu’avec le Flypad tout se passe à merveille. Prendre une photo reste vraiment simple, sur la manette, il suffit d’appuyer sur la touche appropriée et sur le smartphone : appuyez sur le logo qui représente un appareil photo.

 

Conclusion :

Le drone Swing de chez Parrot reste une déception pour ma part, un poil en dessous du Mambo, la qualité est au rendez-vous, mise à part les 4 polystyrènes noir qui forment les ailes. La batterie est encore une fois une déception, en revanche la sensation de vitesse/rapidité est excellente et très agréable. Et opter pour 2 modes de vol l’est également. Autre bon point, la manette « Flypad » qui est tout simplement idéale pour le contrôle du Swing.

Si vous devez choisir entre le Swing et le Mambo, foncez pour le Mambo.

Vous cherchez la sensation de vitesse/rapidité optez pour le Swing.

 

Share.

About Author

Leave A Reply